Trucs bleus

 

porcelaine porcelainemotifs3 porcelainemotifs2 porcelainemotifs4

Pour rappel, un petit exemple des poteries dont je parle :

DSC_0303

DSC_0287

Sur mon pinterest, je collectionne quelques fois des images de ce type de trucs à motifs bleus sur blanc dont je suis juste un tout petit peu amoureuse, je crois que ma mère aussi, ça doit être une histoire de mitochondries (on m’a appris récemment que les mitochondries de chaque femme sont exactement les mêmes que celles de sa mère) (je porte donc les mitochondries de mon arrière arrière arrière arrière grand mère maternelle) (je ne suis pas biologiste, je vous explique donc certainement ceci de manière quelque peu brouillonne).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sorcières du printemps

A défaut de faire un troisième article sur ce qu’on peut ramener du Maroc, qui se serait probablement appelé « ce que j’ai rapporté du Maroc : les robes traditionnelles », j’ai préféré les enfiler avec une chère et tendre amie, et jouer avec elle à Alice au pays oriental des merveilles dans son jardin.

On s’est lancées des sorts, on s’est métamorphosées, on a invoqué quelques esprits de l’eau (beaucoup plus facile à invoquer que les schmurfs, qui sont un peu fâchés contre moi depuis qu’ils ne sont plus dans le titre de mon blog (il faut apprendre à dire non parfois)), on a joué à cache cache derrière les pâquerettes, bref, on s’est bien amusées.

01 02 copie 03 copie 04 05 06 07 08 0911 12 13

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quelques pages de mon carnet #2

buisson héléagnus

Je reviens avec d’autres pages de mes carnets. En réalité ils sont scannés en noir et blanc puis je rajoute les bidules en couleur sur photoshop. J’aime bien avoir une base de croquis, ça me permet de trouver des petits éléments graphiques que je réutilise pour autre chose (comme sur la dernière image qui est entièrement photoshopienne) Cela vous en bouche-t-il un coin, poil au lapin ?

motifspois huits

Vous allez croire qu’on ne parle plus du maroc ? Genre j’suis rentrée, ça y est, c’est fini, on pense plus à faire le souleil dans le coeur des gens ? Je vous vois venir, vous allez me dire : « on veut que ça sente le couscous et la fleur d’oranger ici, on veut entendre les youyous et le vendeur de poisson » alors déjà, premièrement, j’ai jamais dit que j’avais fini de parler du Maroc, et de deux, ça vous dirait si genre, je fais un peu ce que je veux de temps en temps ?

Non parce que oui, je suis d’accord avec le fait que j’ai décidé de publier selon des thèmes précis que je vous révèle au début d’une série d’articles ( de la sorte, personne n’est surpris, je parle d’une chose et pas d’une autre, et stratégiquement vous vous attendez à ce que je parle de cette chose précise, alors vous revenez pour lire quelque chose sur ça précisément, et au moins ça me donne un fil directeur à suivre) Mais en fait de temps en temps, comment dire… je trouve appréciable l’idée de pouvoir n’en avoir cure de tout cela et de publier un article surprise sur par exemple le thème des fruits et légumes si le thème du moment est l’océan et que j’en ai marre de parler tout le temps d’océan.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quelques pages de mon carnet

En attendant la fin du concours que j’ai lancé la semaine dernière, j’avais envie de vous montrer quelques pages de mon carnets de croquis.

D’abord parce que je me rends compte que j’ai posté beaucoup plus de photos sur ce blog que de dessins et vous allez croire que c’est parce que je suis plus photographe qu’illustratrice alors qu’en fait, non ! C’est juste bien plus rapide et facile de prendre une photo potable ; deux trois effets de flou et hop on est content.

Par contre, sortir un beau dessin c’est quand même un petit peu plus d’efforts. Une photo est faite en un clic mais le dessin ça prend entre une demie heure et plusieurs jours. Alors forcément…

lester lewis wine

DONC ! Parlons carnet.

Le carnet c’est un peu la baguette magique que possède et doit posséder n’importe quelle personne qui crée des choses quelles qu’elles soient. On y fait n’importe quoi parce que de toute façon ça reste pour nous.

C’est l’endroit où on a le droit de tout faire : d’écrire, de jouer gratuitement avec les formes et les textures, de dessiner n’importe quoi et de n’avoir aucune cohérence. Chaque carnet est l’anarchie de celui qui le remplit.

C’est un terrain d’exercice ; celui où l’on transpire mais où l’on fait pousser les neurones de sa créativité.

En fait, imagine que la créativité, c’est un arbre. Ben quand tu gribouille dans ton carnet, à chercher des formes, des compositions, à t’entrainer au dessin d’observation, à jouer avec les couleurs, et bien c’est comme si tu arrosais cet arbre de créativité. Et après l’arbre pousse, il a de plus en plus de branches, donc de plus en plus de feuilles, pour moi chaque feuille est une idée, un neurone en plus, une nouvelle capacité.

(si tu souhaites voir un arbre pousser jusqu’à ses 145 ans, clique ici.)

S’il suffisait de prendre une douche par jour pour se faire pousser les neurones…

la vérité n'est pas de la sorte ananas piments

Rendez-vous sur Hellocoton !